Tablette ou micro, j'achète quoi ?

News, astuces et bons plans sont proposés dans les 15 rubriques du journal MaNews
Je vérifie si j'ai gagné
Sincères félicitations !

Vous êtes parmi nos gagnants potentiels.

Votre adresse email a été choisie pour tenter de remporter un appareil électroménager en participant à notre grande enquête !

Je vérifie si j'ai gagné

Tablette ou micro, j'achète quoi ?

Techno
Partager

3.3 / 5

La note des lecteurs

Tablette ou micro, j'achète quoi ?
Leurs prix et leurs usages sont très proches. Pour choisir entre tablette et micro-ordinateur, il faut donc définir d'abord ce que l'on veut en faire précisément. Quelques pistes.

Faut-il succomber au chant des tablettes ? Gadget ou nouvel usage de l'informatique ? Quoi qu'il en soit, une chose est sûre : leur arrivée sur le marché bouleverse la donne. De la navigation sur internet à la gestion des mails en passant par la lecture de la presse, les jeux, la musique, les séries et les films, le coeur d'activité cible des tablettes enlève beaucoup de leur intérêt aux notebooks et autres petits ordinateurs personnels. Plus intuitives, plus légères, plus lisibles et souvent moins chères, les tablettes sont également dotées d'une bibliothèque d'applications à bas prix qui ne cesse de grandir. De leur coté, les petits ordinateurs personnels s'amincissent. Ils se font de moins en moins lourds et deviennent de plus en plus maniables. Et surtout, ils disposent encore d'un clavier physique, et d'un lecteur de DVD pour certains, permettant de ne pas trop nous perturber dans nos vieilles habitudes. Mais au fait, un clavier, un disque dur, un lecteur de DVD..., bref tous ces anciens attributs du micro-ordinateur personnel, sont-ils toujours réellement utiles ?


De nouveaux usages. Depuis qu'Apple a ouvert la route avec son iPad, tous les constructeurs d'informatique ont investi le créneau (28,7 millions d'iPad vendus d'avril 2010 à juin 2011, soit 3 tablettes sur 4 vendues dans le monde en 2011 selon le cabinet d'analyse Gartner). Comme pour les ordinateurs, c'est le système d'exploitation (OS) qui fait la différence, car c'est de lui dont dépend le nombre et la richesse des applications disponibles. A l'heure actuelle deux systèmes caracolent en tête, l'iOS d'Apple qui ne fonctionne que dans le monde Apple mais connait un fantastique succès, et Androïd, l'OS de Google, adopté par un nombre de plus en plus grand de constructeurs et de développeurs. Avec des prix allant de 400 euros à plus de 700 euros, ce marché des tablettes explose littéralement. Plus maniables et plus légères qu'un micro-ordinateur, les tablettes favorisent les nouveaux usages de l'informatique, par exemple la presse électronique ou la VOD (vidéo à la demande). Conséquence : Apple, Samsung, Motorola, HTC, Asus, Acer... pratiquement tous les constructeurs classiques d'ordinateurs ont lancé leur propre modèle sur le marché.


Des tablettes à profusion. Parmi elles, laquelle choisir ? Actuellement, si on veut bénéficier du maximum d'applications, il est donc préférable de choisir une tablette fonctionnant avec les systèmes d'exploitation iOS ou Androïd, dont les « apps » se comptent par dizaines de milliers. Se posera ensuite la question de la taille de l'écran. Souvent en effet, les tablettes se rangent selon deux grands groupes : celles plutôt proches des smartphones et des notebooks dont le diamètre de l'écran est de 7 pouces, et celles qui ressemblent davantage à un micro-ordinateur avec un écran de 10 pouces. Dans cette dernière catégorie, le comparatif publié par le site spécialisé 01 Net classe par exemple en numéro un la Galaxy Tab de Samsung (589 euros, système d'exploitation Android) et relègue l'iPad 2 d'Apple (système d'exploitation iOS, 711 euros) à la quatrième place derrière la Xoom de Motorola (système d'exploitation Android, 579 euros) et l'Eee Pad Transformer d'Asus (systeme d'exploitation Android, 499 euros).


Avantages et inconvénients du micro-ordinateur. Pour le loisir mais aussi pour travailler, tel pourrait être aujourd'hui le leitmotiv du micro-ordinateur personnel. Outre la puissance de leurs microprecesseurs, leur légèreté et leur faible encombrement, c'est leurs capacités de mémoire toujours plus grandes qui caractérisent le mieux leur évolution. Les machines de la gamme des Macbook Pro d'Apple par exemple (de 1149 euros pour le 13 pouces à 2499 euros pour le 17 pouces) affichent pas moins de 4 Go de RAM et disposent de disques durs pouvant aller jusqu'à 750 Go. On peut donc travailler avec sans soucis, emporter ses dossiers le soir ou en week end, ou bien encore écrire ses mémoires !

Principal inconvénient : les micro-ordinateurs ne bénéficient pas encore de ce « apps phénomène » propre aux applications des tablettes et des smartphones qui permet de télécharger très facilement et d'acheter des logiciels ou des fonctions logicielles à très très bas prix, même souvent gratuitement... A l'opposé, les logiciels d'applications de la micro-informatique restent dans la logique de l'informatique professionnelle classique, où le prix des logiciels peut largement dépasser celui du matériel.


Avantages d'un coté, inconvénients de l'autre : une chose est sûre, la norme est en train de basculer du coté des tablettes. En terme d'usage, la référence tend à ne plus être le micro-ordinateur personnel mais la tablette ou le smartphone, ce qui se traduit par utilisation en ligne, diversité et quasi gratuité des logiciels.


Andrée Muller - Journaliste, écrivain - Auteure de La net économie, PUF 2007, collection Que sais-je ? 



Partager

3.3 / 5

La note des lecteurs

Loading
Je m'inscris ici gratuitement
Merci de saisir votre prénom
Widgets MaNews